La "solution rouge" élimine le clostridium selon les normes EN-13704 et EN-16615



De nombreux problèmes associés au développement des biofilms en milieu médical, ont pour origine leur résistance extrême aux agents antibactériens : antibiotiques et désinfectants.

Cette résistance accrue, est liée aux conditions de vie dans le biofilm, cet agglomérat de micro-organismes relié entre eux par une matrice, adhérant aux surfaces. L'hétérogénéité, l'accès aux nutriments, l'oxygène et tous les autres facteurs influant sur ce milieu modifient les propriétés physiologiques des micro-organismes et induisent des mécanismes de résistance spécifiques qui s’ajoutent aux mécanismes de résistance connus. L'une des bactéries les plus souvent retrouvée dans ce type de milieu dans les infrastructures médicales est le Clostridium difficile.

Le Clostridium difficile est une bactérie, de type bacille à Gram positif anaérobie et sporulé. Cette bactérie représente la première cause de diarrhées infectieuses nosocomiales chez l'adulte et est responsable d'environ 95 % des cas de colites pseudomembraneuses, pouvant engager le pronostique vital.



Depuis 2003, une nette augmentation de l'incidence des infections en Amérique du nord a été observée. Cette croissance est liée à l'émergence et à la dissémination épidémique de Clostridium difficile 027, une souche hyper-virulente et plus résistante que les autres spécimens de son espèce, cette souche a été isolée en France après avoir provoquée une épidémie dans le Nord-Pas-de-Calais et plus récemment en 2013 à Marseille.

L'environnement hospitalier est un écosystème où le Clostridium difficile persiste malgré le nettoyage et les souches virulentes prospèrent.

La croissance continue des infections dues au Clostridium difficile, en particulier de la souche 027, sont vraisemblablement liée à la constante utilisation des antibiotiques. Les enfants en bas âge, les personnes suivant des traitements antibiotiques ainsi que les personnes âgées de plus de 65 ans effectuant des séjours hospitaliers ou dans des maisons de retraite peuvent être plus facilement infectées par cette bactérie. En effet, les antibiotiques déséquilibrent la flore intestinale et permettent à la bactérie de se propager. Afin de diminuer le risque dans les établissements de soins, l'hygiène doit être une priorité absolue. Cependant une désinfection rigoureuse et complète de l'environnement du patient peut s'avérer complexe en présence de cette bactérie.En effet, les spores de Clostridium difficile sont résistants à de nombreux antiseptiques et désinfectants.

Les méthodes de nettoyage qui conviennent à l’éradication de Clostridium difficile sont :

  • l'hypochlorite de sodium à 5 000 ppm

  • l'acide hypochloreux à 150 ppm

  • le glutaraldéhyde à 2 %

  • l'acide peracétique, le peroxyde d'hydrogène

  • les UV (50 min)

  • la chaleur humide à 121 °C pendant 15-30 minutes.

Un désinfectant chloré s'avère donc être un allié dans la lutte contre Clostridium difficile. Notre solution rouge a passée avec succès, en conditions de saleté, les normes EN13704 avec le Bacillus subtilis et le Clostridium difficile et EN16615 avec le Clostridium difficile. Et ce n'est pas la seule bactérie que la solution rouge de Cleanea peut supprimer. Pour en savoir plus sur les certifications acquises par nos produits cliquez ici. Nichée dans le biofilm, cette bactérie reste difficile à éradiquer par la seule action chimique traditionnelle, le meilleur moyen reste de supprimer le carburant du biofilm que constituent les poussières, les saletés, les résidus de produits, qui viennent alimenter, nourrir la matrice.

Sur une base d'eau adoucie faiblement chargé en minéraux, la solution Cleanea bleue pour le nettoyage des sols, sans présence de tensio-actifs, supprime les constituants du biofilm et permet son élimination.



Sources:

  • Eckert C, Coignard B, Hebert M, Tarnaud C, Tessier C, Lemire A, Burghoffer B, Noel D, Barbut F; ICD-Raisin Working Group. Clinical and microbiological features of Clostridium difficile infections in France: the ICD-RAISIN 2009 national survey. Medecine et Maladies Infectieuses 2013;43(2):67-74

  • http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Infections-associees-aux-soins/Surveillance-des-infections-associees-aux-soins-IAS/Clostridium-difficile-CD

  • EFICATT - Infections à Clostridium difficile

  • https://genomebiology.biomedcentral.com/articles/10.1186/gb-2009-10-9-r102

  • Kuijper, E. J., Coignard, B. , Tüll, P. , , and , (2006), Emergence of Clostridium difficile‐associated disease in North America and Europe. Clinical Microbiology and Infection, 12: 2-18. doi:10.1111/j.1469-0691.2006.01580.x

  • Lagier, J., Dubourg, G., Cassir, N., Fournier, P., Colson, P., Richet, H., . . . Raoult, D. (2013). Clostridium difficile 027 Emerging Outbreak in Marseille, France. Infection Control & Hospital Epidemiology, 34(12), 1339-1341. doi:10.1086/673995

  • Clostridium difficile : prise en charge, in Swiss-Noso, Volume 2, Numéro 3, Octobre 1995.

  • Instruction de travail du Service propreté et hygiène : Catalogue de répartition des tâches de nettoyage - Surfaces médicales

101 vues

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

  • Blanc LinkedIn Icône
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube

18 Rue Francis de Pressensé

92800 Puteaux, France

Tel: +33 1 47 75 02 38

Horaires:  9h - 18h

© 2009-2020 Cleanea - Tous droits réservés -  Mentions légales - Formulaire de Renseignement Financement